• Critique: Au-delà des montagnes

    Au-delà des montagnes (titre original: Shan he gu ren) de Zhang-ke Jia avec Zhao Tao, Sylvia Chang, Dong Zijian, Zhang Yi

    L'histoire: Chine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d'une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar. Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: En compétition au dernier Festival de Cannes avec Au-delà des montagnes, Jia Zhangke a remporté le Carrosse d'or décerné par la Quinzaine des Réalisateurs. Sans doute ont-ils tout compris du film ? Parce que j'avoue, je suis passé à côté de certaines choses. Certes j'ai bien vu que c'était divisé en trois parties: passé, présent, futur. Que le réalisateur nous parle de la transformation de la Chine, cet immense pays qui s'est plongé avec délectation dans le capitalisme et qui laisse sur le bord du chemin certains de ses concitoyens. Mais est-ce suffisant pour comprendre ? J'en doute sérieusement. D'ailleurs, c'est généralement le cas, par moments, on passe à côté des films chinois faute d'avoir les codes culturels.

    Affiche Au-delà des montagnes

    « Critique: Le goût des merveillesCritique: Le Grand Partage »

    Tags Tags : , , , , , ,