• Critique: Atomic Blonde

    Atomic Blonde de David Leitch avec Charlize Theron, James McAvoy, Sofia Boutella, John Goodman, Toby Jones, Eddie Marsan

    Affiche Atomic Blonde

     

    L'histoire: En 1989, Lorraine Broughton, une espionne, est chargée d'enquêter sur le meurtre d'un agent infiltré du MI6, alors que le mur de Berlin s’apprête à être détruit.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Je me suis bien amusé à regarder ce premier vrai long métrage de David Leitch (coréalisateur de "John Wick" mais non crédité). "Atomic Blonde" est un film sympathique porté par une actrice, Charlize Theron, prenant clairement son pied à interpréter le rôle de Lorraine Broughton. J'y reviendrai un peu plus loin. C’est également un récit classique d'espionnage, bien fait, nous proposant des séquences spectaculaires, tout en gardant une trame plus réaliste que d’autres films similaires.
    Comme dans toute bonne histoire d’espionnage, les trahisons sont abondantes, les rebondissements surviennent régulièrement et rapidement, tout le monde devient coupable. L’ambiance fin de RDA plane sur le long métrage. Celui-ci montre le délitement d'un pays, avatar de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide.
    Le scénario ne réserve pas de vraies surprises aux amateurs de ce genre de films, l’intérêt vient du personnage principal, franchement fascinant. Il fallait une actrice comme Charlize Theron pour l’incarner. L’interprétation plus que spectaculaire de la comédienne d'origine sud-africaine est le véritable plus du long métrage. Elle est tout simplement formidable et captivante. Elle montre aussi qu’elle est une véritable héroïne de film d’action et tout à fait capable de porter ce dernier sur ses épaules, grâce à sa présence et son talent d’actrice. Le reste du casting est bien ficelé, avec notamment James McAvoy dans le rôle ambigu d’agent local du MI6 et la française Sofia Boutella en représentante des services secrets français.
    Je n'oublie pas la bande originale rythmant "Atomic Blonde", il permet de s'immerger dans l'ambiance musicale des années 80. On retrouve David Bowie, George Michael, Siouxsie and the Banshees ou encore Nena (avec son seul succès mondial :"99 Luftballons").
    Entre paranoïa, renversements de situation, combats, morts et manœuvres diverses, ce long métrage est bien plaisant à regarder, d’autant que son héroïne blonde ne laisse pas indifférent.


    « Critique: C'est du caviar - court métrageFIFF 2017: 6 titres dévoilés »